Sauver ma position

Performances
financières

Les montants repris dans ce chapitre n’incluent pas la plus-value non récurrente liée à la vente de terrains et du bâtiment de Reyers s’élevant à 54,6 millions d’euros.

Les montants repris pour les produits d’exploitation et les services et biens divers n’incluent pas les échanges qui s’élèvent à 16,7 millions d’euros en 2017 et 20,5 millions en 2016. Les échanges sont inclus dans les rubriques des comptes annuels.

L’utilisation de la provision concernant les mesures en faveur des départs volontaires en retraite anticipée (0,7 million d’euros en 2017 et 0,9 million d’euros en 2016), reprise dans les comptes annuels sous la classe 63, a été transférée de manière analytique sous la classe 62.

Introduction

Résultats (en millions d’euros)

En 2017, le résultat d’exploitation reste positif pour la onzième année consécutive et s’établit à 14,1 millions d’euros.

Le résultat courant s’établit à 4,2 millions d’euros contre 4,4 millions d’euros en 2016.

Le résultat de l’exercice s’établit à 3,7 millions d’euros, en diminution de 0,5 million d’euros par rapport à 2016.

Évolution financière
2007-2017

Évolution du résultat d’exploitation et du résultat courant
(en millions d’euros)1

1) Les résultats d’exploitation, résultats courants et EBITDA à partir de 2016 sont impactés par une nouvelle norme comptable. D’application sur les exercices débutants après le 31 décembre 2015, celle-ci implique une modification de la présentation des résultats exceptionnels en regroupant ceux-ci sous une rubrique soit des résultats d’exploitation, soit des résultats financiers et en les dénommant « résultats non-récurrents ». Les résultats des exercices antérieurs à 2016 sont présentés selon l’ancienne norme, tandis que les exercices 2016 et 2017 sont présentés selon la nouvelle norme.

Évolution de l’EBITDA (en millions d’euros)

L’EBITDA (résultat opérationnel avant amortissements) s’établit à 26,9 millions d’euros, soit une hausse de 5,3 millions d’euros par rapport à 2016.

En 2017, les recettes d’exploitation de la RTBF, hors recettes d’exploitation non-récurrentes, s’établissent à 357,4 millions d’euros, soit une hausse de 2,6% par rapport à 2016.

La dotation ordinaire se monte à 243,4 millions d’euros, en progrès de 10,8 millions d’euros par rapport à 2016.

La subvention complémentaire, relative aux charges de pension, s’élève à 7,7 millions d’euros, soit une hausse de 0,4 million d’euros par rapport à 2016. La dotation TV5 s’établit à 9,2 millions d’euros.

Les recettes publicitaires de la RTBF atteignent 71,0 millions d’euros, en diminution de 4,4 % par rapport à 2016.

Les autres recettes atteignent 25,9 millions d’euros, en hausse de 4,1 %. La part des recettes liées aux câblo-opérateurs se chiffre à 10,5 millions d’euros.

En 2017, les charges d’exploitation s’établissent à 343,3 millions d’euros, en augmentation de 0,8%.

Les coûts salariaux s’élèvent à 169,3 millions d’euros, en augmentation de 3,1% par rapport à 2016.

Les charges d’achats et de services atteignent 147,4 millions d’euros et sont en ligne par rapport à 2016.

Les amortissements s’élèvent à 12,8 millions d’euros.

Les provisions et les réductions de valeur atteignent respectivement 8,1 et 3,7 millions d’euros.

Les charges d’exploitation non-récurrentes s’élèvent à 1,6 million d’euros.

Par conséquent, le résultat d’exploitation 2017 s’établit à 14,1 millions d’euros.

Le résultat financier s’élève à – 9,9 millions d’euros incluant -8,0 millions d’euros de résultat financier non-récurrents.

Le résultat courant s’établit à 4,2 millions d’euros.

Le résultat de l’exercice s’établit à 3,7 millions d’euros.

Si on tient compte de la plus-value non récurrente liée à la vente des terrains et du bâtiment de Reyers de 54,6 millions d’euros, le résultat de l’exercice s’élève à 58,3 millions d’euros et le résultat après intervention des filiales s’élève à 60,7 millions d’euros.

Structure financière

La position nette de trésorerie s’élève à 9,4 millions d’euros au 31 décembre 2017, soit une diminution de 23,6 millions d’euros par rapport l’année précédente. Si le montant de 19,5 millions d’euros de dotation ordinaire relative à décembre 2017 avait été versée, la position nette de trésorerie s’élèverait à 28,9 millions d’euros au 31 décembre 2017, soit une baisse de 4,0 millions d’euros par rapport à l’année précédente.

En 2017, les activités opérationnelles génèrent 3,0 millions d’euros. Le besoin en fonds de roulement augmente de 33,2 millions d’euros, en raison du délai de réception du paiement de la dotation ordinaire de décembre 2017, de la diminution des dettes commerciales. Le résultat final et les amortissements génèrent respectivement 5,4 et 12,8 millions d’euros, tandis que les provisions augmentent de 9,0 millions d’euros.

Le niveau d’investissement 2017 atteint 17,3 millions d’euros dont 7,4 millions d’euros pour l’achat de matériel de production et pour le renouvellement des studios, 2,2 millions d’euros pour l’achat de matériel informatique, de logiciels et d’équipements de réseau informatique, 2,2 millions d’euros pour la construction du nouveau bâtiment Immo-Digue à Charleroi inauguré en 2017, 1,5 million d’euros pour la construction des nouveaux bâtiments Reyers à Bruxelles, 1,3 million d’euros pour le DAB+ et, enfin, 2,6 millions d’euros pour les autres investissements immobiliers, les pylônes et les émetteurs.

Par ailleurs, la RTBF a refacturé 1,5 million d’euro à Immo-Digue pour la construction du nouveau bâtiment à Charleroi pour lequel la RTBF a agi en tant que maître d’ouvrage. La RTBF a également versé 1,3 million d’euro de capital à sa filiale FREY.

Le financement des investissements a été entièrement assuré par les activités opérationnelles si l’on ne tient pas compte de l’effet de délai de réception de la dotation ordinaire sur le besoin en fonds de roulement. La RTBF n’a pas eu recours à de nouveaux emprunts à long terme en 2017. Des anciennes dettes sont remboursées à hauteur de 10,3 millions d’euros. Par conséquent, l’endettement financier à long terme atteint 44,5 millions d’euros et l’endettement net 35,1 millions d’euros.

Si on tient compte de la plus-value non récurrente liée à la vente des terrains et du bâtiment de Reyers de 54,6 millions d’euros, les capitaux propres atteignent 56,6 million d’euros pour un total bilan de 326,8 millions d’euros.

Centre de préférences de confidentialité

Fermer votre compte ?

Votre compte sera fermé et toutes les données seront définitivement supprimées et ne pourront pas être récupérées. Confirmez-vous ?